Savent-ils vraiment gérer un État ? La preuve par Bygmalion…


Bygmalion semble être une société qui présupposait que l’UMP ne regardait pas ses facturettes. Laissons un peu de côté le battage médiatique et les éléments de langage des Sarkolâtres pour s’intéresser, à des détails diront certains, à des faits assez étonnants disent les habitués de l’apéro Au Coin du Comptoir.

Beaucoup de ceux qui ont le coude sur le zinc se posent la question de savoir si les politiques mêlés à cette affaire ne sont pas des gogos qui marchent dans toutes les combines fomentées par des escrocs patentés. Ou alors, seraient-ils des magouilleurs au troisième degré, perdus dans des combines dont au final ils ne comprennent plus rien, ayant entre temps fait une Alzheimer précoce ?

gremi-hollande

Nous allons prendre quelques exemples ou certains « gogos » auraient dû relire leurs facturettes. Pour qu’on e nnous taxe pas de partisans, nous prenons ces exemples dans le Figaro, [Les factures mirobolantes de Bygmalion… 06/2014] le journal de monsieur Dassault, journal peu connu pour être un repaire de gauchistes.

  • Une lettre d’information en or massif

La simple lettre d’information du groupe UMP, envoyée près de 40 fois par an aux 314 députés du parti, est particulièrement coûteuse. Huit factures et 172 415,36 € plus tard, les élus ont reçu trois paragraphes de texte, une photo et quelques extraits de discours.

Quelqu’un aurait quand même dû sortir sa calculette et s’apercevoir  que chaque courrier avec comme contenu quelques photocopies était facturé près de 14€ (!). Les mêmes qui recevaient cette lettre ne se privaient pas sur tous les plateaux de télé d’expliquer aux smicards comment boucler leur fin de mois.

  • Les coûteuses journées parlementaires de l’UMP

La réunion annuelle des parlementaires de l’UMP a été particulièrement coûteuse en 2010. Réunie le temps d’un week-end à Biarritz, la majorité d’alors a débattu de l’actualité politique pour la modique somme de 478 400 €. Trois mois plus tard, l’UMP a déboursé 233 422,53 € pour de «l’organisation-conseil» aux contours obscurs.

On le sait bien Au Coin du Comptoir, quand quelqu’un paye sa tournée, celui qui reçoit ne regarde pas la facture. Par contre, celui qui l’offre, lui, y jette toujours un œil pour savoir si le patron ne l’a pas matraqué sur les cacahuètes. Et bien là, un demi-million d’euros  plus tard, les organisateurs ont payé la note rubis sur l’ongle, sans se poser de question. On espère simplement que l’actualité politique traitée lors de ce week-end ne portait pas sur des mesures d’économie !

bygmalion-ump-cope-boulangerie-pain-chocolat

  • Des personnalités de l’UMP juteusement rémunérées par Bygmalion

L’UMP est généreuse avec Bygmalion mais l’entreprise sait remercier ses fidèles clients. Notamment la Droite forte. Guillaume Peltier, le cofondateur du mouvement, a touché 85 000 € pour une commande faite par Bygmalion à sa propre entreprise, Com1+. Un chèque de 38 200 €  s’est ajouté ensuite pour «des bilans de mi-mandat pour les députés UMP».

Le cofondateur du mouvement, Geoffroy Didier, a, lui, touché 6 500 € en 2011 et 2012 pour des formations données aux militants. Un autre proche du duo, le conseiller de Paris Pierre-Yves Bournazel, a empoché 10 000 €. D’autres élus locaux moins connus sont concernés. Plus curieusement, Amine Benalia-Brouch, «l’Auvergnat d’Hortefeux», a reçu 13 700 € au même titre que les élus cités précédemment.

Dans le commerce il est courant de renvoyer l’ascenseur et Bygmalion ne fait pas exception à ces pratiques. Les bénéficiaires si souvent critiques sur le sujet des copinages n’ont pas trop hésité à engranger les subsides d’une économie circulaire payés par leur propre parti.

● Les sites internets, machine à cash de Bygmalion

C’est la grande spécialité de Bygmalion, du moins la prestation qui revient le plus souvent. Rien que pour l’année 2010, le site des députés UMP aura généré 638 038,10 € de chiffre d’affaires à l’entreprise de Bastien Millot et Guy Alvès. Une somme qui rassemble «le développement» du site, «l’hébergement, la mise à jour, la sécurité» ou encore «la refonte, la veille» et «la modération». Un professionel interrogé par Le Canard enchaîné estime que 3 000 € sont normalement suffisants pour de telles prestations.

En 2011, le groupe UMP a payé 3 588 € par mois pour faire héberger son site internet. Sans comprendre pourquoi, la facture a grimpé à 22 676,16 € en novembre de la même année. Une société leader du marché propose un hébergement identique pour 5 à 10 € mensuels. Ainsi Bygmalion est entre 350 et 700 fois plus chère.

campagne-sarkozy-jm

Ici encore, jeter un oeil sur la facturette et éventuellement vers la concurrence n’est pas venu à l’esprit de nos élus pourtant si prompts à dénoncer la mauvaise gestion des Services Publics, à analyser les dépenses de leurs propres services.

● Des sites fantômes

«L’éthique du numérique» intéresse beaucoup l’UMP. Pour preuve, le parti a déboursé 232 598,08 € en 2010 pour un site qui ressemble à une simple page web. Pour le prix, un autre site «squelettique» est compris, celui-ci portant sur «les retraites».

Et on ne parlera pas ici d’autres petites boutiques juteuses qui se sont fait un pactole sur les sondages croquignolesques de l’Elysée.

Nous sommes sortis volontairement du sujet chaud bouillant du financement de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy en 2012. Il ne savait rien, affirme t-il,  et Copé pas plus, mais le diable se cachant dans ces détails, ils sont beaucoup semblerait-il à bien connaitre les arcanes de ces petites arnaques qui, mises bout à bout, ont presque ruiné l’UMP. En enfonçant ou en défendant Sarkozy et Copé ils essaient peut être de faire oublier tout ces petits arrangements entre amis.

96664724

Ce qui nous préoccupe c’est que, le soufflet étant un peu retombé, beaucoup de ces gestionnaires avisés sont aujourd’hui dans les startingblocks de la présidentielle qui approche, et quelques-uns d’entre eux, président ou ministres, passeront 5 ans à gérer la France, challenge autrement plus compliqué qu’un parti et 250 000 membres. Avoir repeint l’ancien parti aux couleurs de Les Républicains suffira-t-il à effacer toutes les taches ?

 

À propos de poltechno

Avec l'âge on radote et on parle tout seul... Comme il n'y a plus de bistrot dans mon quartier je me suis créé un bout de comptoir virtuel sur le Net histoire de refaire le monde...

Publié le 20/06/2016, dans politique, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. 4 Commentaires.

  1. bravo pour ce travail de rafraîchissement de nos méninges sur cette affaire lamentable;
    je vais le réutiliser sans vergogne sur mon propre blog;
    à ton comptoir j’imagine qu’il n’est pas interdit de « pomper » ?

    J'aime

  1. Pingback: DECODA(NA)GES n°45 – 10 juillet 2016 | DECODA(NA)GES . . . . . . . . . . prénom CHARLIE !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :