Anti-Islamisme ou Islamophobie il faudrait choisir…


Le français est une langue supposée précise. Rassurez vous nous n’allons pas rallumer les polémiques qui opposent les tenants de la clarté aveuglante du français face à l’envahissant mais ambigüe parler anglo-saxon, mais simplement citer un texte qui aurait pu être écrit en langue Sérère.

quote-la-poesie-ne-doit-pas-perir-car-alors-ou-serait-l-espoir-du-monde-leopold-sedar-senghor-188692

La clarté du français, langue intellectuelle s’il en fut, lui [vient] essentiellement de ses abstractions […]. La première preuve de l’abstraction du français est, non pas précisément la pauvreté, mais la richesse tempérée de son vocabulaire, qui est d’environ 93 000 mots en face des 317 000 mots de l’anglais. C’est ainsi que le français est l’une des plus pauvres des langues romanes : Parce qu’issu du latin, qui était pauvre, il a reçu moins d’apports exotiques que ses voisins ibériques. Il est cependant l’une des langues les plus précises qui soient. C’est d’abord que l’abstrait, étant plus pauvre en quantité, est plus intelligible que le concret. C’est aussi que le français, grâce à l’abondance de ces gonds de la pensée que sont les conjonctions de subordination, insiste sur les relations des êtres et des choses plus que sur leurs qualités sensibles. C’est encore que le français est pourvu d’une grande variété de préfixes et de suffixes, qui lui permet de former des familles de mots parfois très étendues, mais surtout que ces affixes, parce que venus pour la plupart du latin ou du grec, sont par là plus intelligibles, même aux non francophones, pourvu qu’ils aient une culture générale.

Léopold Sédar SENGHOR ()
ancien Président du Sénégal,
de l’Académie française

Ce qui nous intéresse aujourd’hui, pourvu que vous ayez une petite culture générale, c’est une bataille de suffixes qui vient semer le trouble dans notre contexte actuel national et international.

Islamisme, Islamisme radical ?

Comme le dit Léopold Sédar Senghor, l’une des richesses de notre langue est l’utilisation des affixes qui peuvent la rendre plus intelligible même au non francophone. Encore faudrait-il qu’ils soient utilisés de façon correcte et intelligente. Nous ne sommes pas, Au Coin du Comptoir de grands linguistes, loin de là. Même si nous avons déjà parlé de glissements sémantiques qui ont fini par changer notre perception d’un certain état des choses, notre langue au coin du zinc est loin d’être académique. Toutefois, depuis les grandes croisades lancées par les tenants de l’envahissement de l’Occident par les « hordes » en provenance d’Afrique, du Maghreb et du Proche Orient, les migrations, les guerres et les conflits du Moyen Orient, jusqu’aux évènements tragiques de l’année dernière, certains mots ont franchi le seuil de notre bistrot préféré.

Ces envahisseurs ont été regroupés sous le générique de « musulmans ». Nous étions donc face à une invasion « islamiste », mot utilisé déjà utilisé au XVIIIe siècle par Voltaire en lieu et place du « mahométisme » utilisé à cette époque. Le terme «islamisme» est réapparu en France à la fin des années 1970 pour répondre à la nécessité de définir les nouveaux courants posant une interprétation politique et idéologique de l’islam et les différencier de l’islam en tant que foi.

aff-islamophobie-web [1024x768]

Anti-islamisme ou Islamophobie ?

Comme nous l’expliquait Sédar Senghor, si nous n’adhérons pas aux concepts politiques et idéologiques de l’islamisme, à savoir, leur réaction à l’«occidentalisation» considérée comme agressive à l’égard de l’identité arabo-musulmane, la confrontation à la modernité occidentale et sa domination coloniale en mettant en application la « charia » (loi islamique) en lieu et place du droit civil et pénal courant, la séparation des pouvoirs, la lutte contre la modernisation sociale, politique et économique, ceci s’appliquant tout aussi bien aux musulmans progressistes, considérés comme des « infidèles » tout autant que les occidentaux, le français aurait pu créer le mot anti-islamiste. Pas très joli du fait de l’allitération des « i » mais qui aurait eu l’avantage de la clarté.

Au lieu de cela nous avons eu droit à l’islamophobie ce qui signifie tout simplement la peur de l’Islam ! En est découlé son pendant, tout aussi stupide dans la situation actuelle, la christianophobie. De façon simpliste donc, celui qui critiquerait les actions et les positions idéologiques de Daesh et des autres sectes violentes et radicalisées de cet islamisme extrême, ne serait que quelqu’un qui a peur de la religion musulmane ! Comme celui qui, occidental, ferait la différence entre la politique et la foi musulmane et ne considérerait pas que l’occident dont il est issu ne serait que de race blanche et chrétien serait quelqu’un qui a peur du christianisme.

Alors suivons vite les recommandations de Léopold Sédar Senghor avant que les antisémites ne deviennent des judéophobes, les racistes des raçophobes, les protestants des papophobes. Sans être couillonophobes  utilisons les préfixes et les suffixes qui font la richesse de notre langue mais utilisons les bien…

 

À propos de poltechno

Avec l'âge on radote et on parle tout seul... Comme il n'y a plus de bistrot dans mon quartier je me suis créé un bout de comptoir virtuel sur le Net histoire de refaire le monde...

Publié le 01/02/2016, dans politique, Religion, Société, et tagué , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :