Finalement on se demande si Guy Bedos n’avait pas raison…


Déjà qu’elle a eu du mal à nous expliquer pourquoi elle était candidate aux primaires de son parti -quitte à se faire traiter de « traitresse » par les réseaux sociaux qui soutiennent le seul homme providentiel- voilà que Nadine nous fait une nouvelle « moraniaiserie  »  sur le plateau d’On N’est Pas Couché ce dernier samedi.

L’eurodéputée était invitée chez Laurent Ruquier pour parler de sa toute récente candidature à la primaire pour le choix du candidat à la présidentielle du parti Les Républicains. Et  voilà qu’au détour d’une question sur le problème des réfugiés elle nous fait de l’extrême droite dans le texte en s’essayant à la tactique Buisson : pour récupérer des voix au FN il faut aller plus loin que le FN dans ce qui est son fond de commerce.

« La France est un pays aux racines judéo-chrétiennes, voilà »

« La France est un pays de race blanche dans lequel on accueille aussi des personnes étrangères comme le disait le général de Gaulle »

Interrogée par Laurent Ruquier sur le sens qu’elle donnait à « pays de race blanche », l’ancienne ministre de Nicolas Sarkozy avancera pour toute définition

  « Ben c’est vous et moi, je suis désolée »

« Mais il ne faut pas avoir honte d’être Blanc ou Noir ou d’une autre couleur ! »

Du coup les réactions n’ont pas tardé…

28-09-2015 18-06-06 28-09-2015 18-07-28

Notre touloise s’est bien sûr défendue en répétant que c’était une citation du Général de Gaulle. Comme pour l’éternelle citation de Michel Rocard –  » La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde » dont on oublie (volontairement ou pas) de la citer dans son intégralité –  « La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde, mais elle doit savoir en prendre fidèlement sa part » – la députée européenne à bien mal compris celle du Général.

CP6AYKiWsAAWq8S

En effet, il n’est pas besoin d’avoir fait Normale Sup pour comprendre ce que dit un homme né en 1890, qui a connu  cette poussiéreuse définition des races. Malgré cela, il parle de français noirs, de français jaunes, de français bruns et d’une France ouverte « à toutes les races… » une France qui assumait encore à l’époque son universalité. « Old school » comme on dirait aujourd’hui il n’est pas très étonnant qu’il parle d’une France [européenne] de race blanche, de culture gréco-latine et de religion chrétienne. Il faut replacer cette citation à une époque où l’opinion générale était que nous descendions des Gaulois, ou plus précisément des Francs – qui soit dit entre nous n’étaient que des envahisseurs Germains – après notre colonisation romaine, que nos rois l’étaient par la grâce de Dieu, que la colonisation n’était pas prête encore à  accepter « le droit des peuples à disposer d’eux mêmes ».

Nous autres, accoudés au Coin du Comptoir on se dit qu’il serait bon d’arrêter de tronquer les citations pour s’en servir comme justifications sans y avoir réfléchi. Madame Morano devrait travailler ses études de textes et l’histoire de ses grands prédécesseurs avant de monter sur le podium  de ceux qui prétendent à l’investiture présidentielle.

Un ancien exemple de Morano dans ses œuvres lors d’un débat sur l’identité nationale :

6859719.png

Une phrase historique puisqu’on aime l’Histoire dans ce débat sur l’identité nationale.

Oui, on aime l’histoire.

Clemenceau : « Si vous voulez enterrer un problème, créez une commission ». Une commission va être créée sur l’identité nationale ?

Clemenceau a le droit de dire ce qu’il souhaite. Moi quand j’ai participé à des commissions parlementaires, ça n’a pas enterré des débats, ça a contribué à faire sortir des lois ; et je crois que cette méthode qui est d’abord d’aller débattre sur le terrain, ensuite de travailler avec l’ensemble des responsables politiques du gouvernement, c’est-à-dire un séminaire gouvernemental et de compléter ce dispositif par une commission d’intellectuels et d’historiens et de continuer à parler de la France avec nos concitoyens, c’est très important.

C’est vrai que Clemenceau avait la dent dure et des formules qui faisaient mouche.

Mais Clemenceau fait partie aussi de notre identité nationale, monsieur Aphatie.

Absolument.Donc, je rappelle sa phrase : « Si vous voulez enterrer un problème, créez une commission ».

Mais c’est son analyse, ça n’est pas la mienne.

Je voudrais profiter… C’était parce qu’il est mort.

***

On ne va pas tirer sur l’ambulance, mais on se demande si finalement Guy Bedos n’aurait pas raison…

 

 

 

À propos de poltechno

Avec l'âge on radote et on parle tout seul... Comme il n'y a plus de bistrot dans mon quartier je me suis créé un bout de comptoir virtuel sur le Net histoire de refaire le monde...

Publié le 29/09/2015, dans politique, Société, et tagué , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :