L’honneur des irresponsables Grecs…


Finalement, avec ce bal des faux-culs européens organisé par tout ce qu’il y a de conservateurs en Europe, nous, Au Coin du Comptoir,  on va se mettre à boire à l’apéro non pas pour le plaisir, mais pour oublier !

Il est assez incroyable que pour déboulonner un parti d’une Gauche radicale qui ne plait évidemment pas à tous ces partisans du consensus néolibéral, que pour faire échouer toute tentative de sortir de la théorie du « TINA » (voir nos discussions sur le principe totalitaire de madame Thatcher : « There Is No Alternative » – il n’y a pas d’alternative), que pour continuer à humilier les Grecs en leur promettant « une aide humanitaire » en cas de sortie de l’Euro (!!!), les dirigeants européens sont décidés à continuer une politique de rigueur qui détruit l’économie et le peuple Grec et que même le FMI a fini par désavouer .

crise-grece-3

On peut ne pas partager les convictions de Gauche du parti Syriza. Mais dire que ses dirigeants, qui pensent au peuple avant de penser réélection, sont des « irresponsables » et des « incompétents »  parce qu’ils ne sont pas passés par l’ENA, parce qu’ils ne mettent pas de cravate dans les réunions internationales, parce qu’ils ne pratiquent pas les us et coutumes de notre élite politique, y compris la langue de bois et que de ce fait ce ne sont pas des « professionnels » mais de méchants amateurs qui veulent détruire l’Europe, c’est tout simplement traiter par le mépris deux consultations populaires où des élus essaient, pour une fois, de respecter leurs promesses électorales.

democratie

On peut s’interroger à juste titre, comme Jean François Kahn dans Marianne, pour savoir où est la véritable responsabilité dans cette crise ?

  • Qui est responsable de  l’intégration de la Grèce (qui n’y était évidemment pas prête) dans la zone Euro ? – Pas Syriza –
  • Qui a fermé les yeux sur le truquage des comptes de la Grèce avec la complicité de la banque Goldman Sachs ?  – pas Syriza –
  • Qui a lancé en 2010 la plan de sauvetage de la Grèce, concocté par Angela Merkel et Nicolas Sarkozy, qui consistait uniquement à mobiliser des fonds publics pour sauver les banques privées ? – Pas Syriza –
  • Qui a imposé à la Grèce une politique économique brutale de restructuration qui a eu comme résultat de pratiquement faire doubler la dette qui représentait 100% du PIB en 2008 par un recul de 25% de la production de richesses,  de 24 % de l’investissement et un chômage de plus de 25 % ?  – Pas Syriza –
  • Qui dit aujourd’hui que les Grecs n’ont pas fait les efforts et les réformes nécessaires face à l’ampleur de la crise et qui félicitait, juste avant les élections de janvier, le gouvernement sortant pour les efforts consentis ? – Pas Syriza –
  • Qui réclame avec insistance la réforme des retraites en oubliant la réduction des dépenses militaires -il est vrai que nous étions bénéficiaires des commandes- la taxation des armateurs et de l’église Orthodoxe ? – Pas Syriza –
  • Qui, alors que les Grecs avaient fini par accepter de faire payer les plus riches, a approuvé les baisses des salaires mais s’est opposé à la fiscalité sur les plus hauts bénéfices ? Christine Lagarde pour le FMI, l’euro groupe pour l’Europe – Pas Syriza –

Alors ce qui serait sympa, c’est que les politiques arrêtent d’utiliser le mot « populisme » dès que des élus parlent démocratiquement au nom du peuple qu’ils représentent. En janvier Syriza est arrivé au pouvoir par les urnes, par le référendum de juillet les citoyens grecs ont donné leur avis sur leur situation, si ça c’est du populisme il ne reste plus qu’à supprimer toute élection et tout référendum, histoire de laisser les mains libres à ceux qui savent ce qui est bon pour le peuple sans jamais le lui demander.

arton9851

On peut suggérer une idée à ceux pour qui « populisme  » est le premier et le dernier des arguments pour se boucher les oreilles et proclamer qu’il n’y a pas d’alternative à leur façon de gérer le pays  : faire une dernière consultation populaire  pour supprimer les élections !

À propos de poltechno

Avec l'âge on radote et on parle tout seul... Comme il n'y a plus de bistrot dans mon quartier je me suis créé un bout de comptoir virtuel sur le Net histoire de refaire le monde...

Publié le 16/07/2015, dans économie, politique, et tagué , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :