Les experts en expertologie frappent encore, aujourd’hui, J.M. Sylvestre…


On avait déjà fait un petit billet sur nos experts économiques médiatiques qui,world company 2 quand ils ne font pas l’expertise de leurs propres opinions qu’ils partagent avec eux-mêmes, font des prophéties auto-réalisatrices qui ne se réalisent pas mais qui font sérieux. Aujourd’hui, c’est l’expert Jean-Marc Sylvestre, tellement néolibéral que tous les PDG et cadres de la World Compagny  des Guignols de l’info ont ce patronyme !

Voyons ce que nous raconte l’oracle du modèle économique qui nous a mis dans la mouise en 94, 2000, et 2007.

La crise financière qui a déjà failli décimer l’Europe en 2008 (les « subprimes ») puis en 2011 (l’euro et les dettes souveraines) est désormais écartée. Il n’y a plus de vrais dangers au niveau de la monnaie commune et de la zone euro.

wcwsyl41

On ne lui en voudra pas car il n’est pas le premier (ni le dernier) qui nous raconte que nous sommes sauvés. Toutefois il faudra, entre autres,  qu’il réussisse à déstresser Dexia avec ses produits toxiques et ses prêts aux collectivités locales tout pourris, tous ceux qui n’arrêtent pas de râler contre un Euro trop fort et ceux qui ne parlent que d’en sortir.

Tous les pays en risque, la Grèce, l’Italie, l’Espagne, et le Portugal sont sortis des zones rouges où leurs endettements publics les avaient entrainés. Ils en sont sortis au prix d’un effort douloureux, mais ont réussi à préserver l’essentiel avec l’aide très contraignante de la troïka, composée de la Commission de Bruxelles, de la Banque centrale et du FMI… Tous les pays sauf un, la France, qui n’a pas fait le minimum pour alléger son endettement.

Voyons donc où en sont les pays sortis de la zone rouge. Allez, on commence par la Grèce histoire de vérifier l’optimisme (béat ?) de notre ami. La troïka avait demandé de prendre des mesures drastiques -une baisse de 22% du salaire minimum, 32% pour les moins de 25 ans- suppression des hausses de salaire automatiques  -baisse du remboursement des médicaments- réduction d’un quart des dépenses territoriales -suppression de 500 maires – privatisation du gaz, de l’eau, des jeux, du pétrole auxquels il faut ajouter la bagatelle de 50 Mds de privatisations diverses -15 000 fonctionnaires en disponibilité, les autres voient leur salaires réduit, jusqu’à 40% pour les plus élevés (2 200€)- Arrêtons là car la liste est exhaustive, passant par la vente du patrimoine, la baisse des retraite, etc.

120213-grece-plan-austerite

Où en est donc la Grèce ? Après tous ces efforts et 5 ans d’austérité sévère on pourrait penser que la situation s’est améliorée comme le dit monsieur Sylvestre.

austérité_grèce
Si on remet le joli graphique à jour pour 2013, après le sang et les larmes, la dette a encore évolué et pas vraiment dans le bon sens. La dette grecque atteint aujourd’hui 177% du PIB ! et le tableau ci-dessous montre bien que la Grèce est sortie de la zone rouge (!) comme le dit monsieur Sylvestre. On remarquera un détail, la bienveillance du marché sur les taux d’intérêts des emprunts, en particulier en 2012 (38,97% ) !!
austérité-2013

cliquez pour agrandir

Et que disent les gardiens même de l’orthodoxie économique, le FMI par exemple ?

Au FMI, on reste prudent : «De nombreux défis restent toutefois à relever avant que la stabilisation soit achevée et que la Grèce renoue avec une trajectoire de croissance viable et équilibrée», a ajouté Naoyuki Shinohara, demandant «des ajustements budgétaires supplémentaires pour assurer la viabilité de la dette». Cela doit passer pour le FMI par «l’accélération» des privations et l’amélioration de la collecte de l’impôt.

On ne comprend pas bien l’optimisme de l’expert économique quand on lit dans un article de John Safkianakis dans Slate d’il y a un peu plus d’un an mais qui reste d’actualité,   » la situation en Grèce est encore pire que ce que vous imaginez « . Pour beaucoup d’économistes plus réalistes, la Grèce est loin d’être sortie d’affaire malgré ou à cause de l’austérité violente infligée au pays. Et le ciel ne se dégage pas à l’horizon, d’autres menaces pèsent sur les grecs après une récession de plus de 6 ans.  Les banques, recapitalisées par le contribuable, s’attaquent maintenant aux 2 millions de prêts privés qui ne sont plus remboursés par ces mêmes contribuables exsangues.

Après les sonnettes d’alarme ­tirées par nombre d’associations créées pour les surendettés, ce sont les banques qui prennent le relais. Dans un rapport publié dans la presse grecque, elles affirment que plus de 2 millions de prêts sont actuellement non remboursés. Il y aurait ainsi 800.000 prêts à la consommation, 900.000 cartes de crédit, 100.000 prêts à des PME et 300.000 prêts immobiliers, dont les échéances ne sont pas couvertes depuis au moins trois mois.

Les causes sont les mêmes : une récession qui sévit depuis plus de six ans d’affilée, un taux de chômage qui touche 28% de la population [50% chez les jeunes !] et une consommation en berne. «C’est une descente aux ­enfers qu’il est difficile de freiner, même si le gouvernement annonce à grands renforts une sortie de ­crise», explique Takis Brastos, économiste. «Au-delà des chiffres, la réalité des Grecs se traduit par la souffrance dans le silence, sous des sourires ou des semblants d’insouciance, quand ils restent des heures aux terrasses de café pour tuer le temps. Sauf que demain, ils n’auront peut-être plus de toit», ajoute-t-il. [ 24/02/2014 – La Grèce au bord d’une crise des « subprimes » Figaro Eco ]

On ne va pas risquer de lasser le lecteur avec d’autres chiffres qui font exploser les théories néolibérales de notre expert économique mais tout ce qui s’est publié de sérieux ces 6 derniers mois montre que les plans de rigueur aggravent la situation des pays en crise où ils sont appliqués. Même les ordinateurs de Bercy le disent au grand dam du gouvernement qui veut à tout crin faire passer son pacte de responsabilité comme nous l’indiquions dans notre discussion précédente. [un pacte de responsabilité irresponsable]

thumb

Alors pourquoi Jean-Marc Sylvestre s’entête à essayer de nous démontrer le contraire ? Il suffit de relire son introduction plus haut. La France est le seul pays à ne pas avoir fait (selon lui) les efforts qui ont été consentis par les pays du Sud. Les socialistes au gouvernement vont se retrouver dans une crise qui va plomber notre été faute de n’avoir pas assez serré les boulons de l’austérité.

Et si c’étaient ceux qui sont contre l’austérité qui avaient raison monsieur Sylvestre ? Et si c’étaient les économistes hétérodoxes, atterrés, indignés ou simplement lucides qui avaient raison ? Et si le papier partisan de J.M. Sylvestre n’avait rien à voir avec l’économie réelle mais était un article de politique politicienne ?

À propos de poltechno

Avec l'âge on radote et on parle tout seul... Comme il n'y a plus de bistrot dans mon quartier je me suis créé un bout de comptoir virtuel sur le Net histoire de refaire le monde...

Publié le 25/06/2014, dans économie, et tagué , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :