Monde, Europe, la France est elle foutue ?


Normalement, Au Coin du Comptoir, l’heure de l’apéro et donc des discussions de zinc est plutôt joyeuse. Effet de l’alcool euphorisant pris avec modération ?  Non ! C’est plutôt le fait de pouvoir choquer nos verres, de toucher la main des potes, de nous entendre parler, pour de vrai. C’est le contre-point de l’heure passée sur Facebook ou sur un site d’information en ligne. C’est pour cela que l’autre soir la surprise était grande de voir Bob ( vous savez monsieur Robert, notre pote qui travaille aux impôts, notre expert économique de comptoir ) tirer une tête longue comme un jour sans pain, les yeux fixés sur la mousse de son éternel Picon Bière.

Y a un trou dans les comptes du Trésor Public Bob ? – lança son plus proche voisin histoire de le sortir de ses pensées qui semblaient aussi sombres que son Picon – Vous avez pas trouvé les 50 milliards pour sauver les entreprises ou alors ils vont vous remplacer par des robots au centre ?

Dessin-qui-va-payer-les-allocs

Notre expert leva lentement ses yeux de cocker fiscal et laissa tomber –  » Ce n’est pas ça, c’est à cause du bouquin que je viens de commencer, le livre de Nicolas Baverez, Lettres Béninoises, ça m’a mis le moral à zéro… » Et le voilà parti pour nous faire le pitch du livre.

C’est l’apocalypse de la France en 2040, Paris est ceinturée par les bidonvilles, le TGV est assailli par des bandes de pillards. Le siège de l’Unesco a quitté Paris pour Berlin, Airbus a abandonné ses quartiers généraux de Toulouse au profit de Hambourg. La France est en faillite. Sauvée une première fois en 2025 par ses partenaires européens sans succès. Ni le retour au franc ni l’avènement de la VIe République n’y ont rien changé. C’est Alassane Bono, un Béninois, le premier Africain à diriger le Fonds monétaire international (FMI), qui raconte l’histoire de cette débandade généralisée. En gros, d’après l’économiste visionnaire, la France est foutue…

L’économiste décliniste aurait-il raison ? Notre économiste de comptoir a t-il raison d’être déprimé ? Nicolas Baverez n’a t-il pas écrit que –  » l’avenir des entreprises françaises qui vont bien est à l’étranger  » -, courage fuyons…

declin13112012

Il faut dire que les théories néolibérales du libre échange avaient promu depuis plusieurs décennies l’idée de David Riccardo qui veut qu’on doit se concentrer sur ce qu’on fait le mieux et importer le reste. En France c’est devenu : nous allons tous devenir des cols blancs  et il n’y aura plus de cols bleus. Nos entreprises étaient censées investir dans l’intelligence et laisser le marteau et la faucille à celles, étrangères, qui peuvent tout produire moins cher grâce à un décalage social et salarial énorme. D’où une diminution régulière de notre industrialisation, comme en Grande Bretagne et contrairement à l’Allemagne, qui a conservé un  socle industriel haut de gamme important  et a externalisé le reste.

usines

Mais nous ne sommes tout de même pas à la ramasse. Malgré ce que disent les experts, la cinquième puissance  économique mondiale a encore des atouts, les étrangers le savent bien en investissant dans le pays où les coûts du travail sont prohibitifs, où la main d’œuvre ne comprend rien à la flexibilité demandée par le marché et où le droit social semble hérité de l’empire soviétique.

 » Dura proposita lex, sed lex  » – C’est la dure loi de l’offre, mais c’est la loi, comme dirait notre pote, prof de lettres  classiques.  Le Marché étant censé tout réguler au mieux, on ne voit pas pourquoi nos économistes libéraux experts  sont aussi pessimistes, à moins qu’ils commencent à douter, que leur foi dans ce nouveau dieu omniscient et omnipotent faiblisse, que quelques économistes mécréants ou athées aient réussi à semer le doute…

economistes-rc

 » Ouais, mais Bob a raison, tout fout le camp, y a qu’a voir Alstom ! C’est pas encore une désindustrialisation ça !  » – pesta le voisin de monsieur Robert – « C’est bin vrai… » comme aurait dit la mère Denis. Mais c’est un peu plus compliqué et un peu plus simple que ça et il faudra que l’on vous en parle au prochain apéro.

En attendant, nous on ne pense pas que la France soit foutue contrairement aux saboteurs de moral. Ils nous ont mis sur des rails qui devaient mener à la prospérité et ça y mène, enfin, ça y mène les 1 % qui gèrent le chemin de fer. Pour les autres ? Les 99 % ? On leur promet l’apocalypse sauf… Sauf s’ils renflouent les banques, sauf s’ils se serrent la ceinture question protection sociale, services publics, santé, éducation, salaires. Il parait que la France est foutue si on ne diminue pas fortement le SMIC.

usine_2

Ce catastrophisme ne serait-il pas le moyen de faire passer la pilule ?

 

 

À propos de poltechno

Avec l'âge on radote et on parle tout seul... Comme il n'y a plus de bistrot dans mon quartier je me suis créé un bout de comptoir virtuel sur le Net histoire de refaire le monde...

Publié le 19/05/2014, dans économie, politique, et tagué , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :