La croissance ça avance, ça recule, comment veux-tu que je calcule…


La discussion de l’apéro de midi se partageait entre les bonnes affaires de Bygmalion et la croissance. On n’a pas vraiment tiré sur l’ambulance Copé, ses amis s’en chargent. C’est assez cocasse que celui qui s’est bagarré comme un malade pour prendre la tête de l’ UMP, au point de bidouiller un peu le scrutin, se fâcher avec son ami Fillon, une partie des militants et des députés, ait la plus mauvaise cote de sympathie au sein de son mouvement. Avec cette affaire ça ne va pas s’arranger.

Dessin de Gégé

Dessin de Gégé

On s’est plus fixé sur cette histoire de croissance qui joue l’arlésienne. L’OFCE prévoyait 0,2 % pour le premier trimestre  et 0,2 % pour le second. Le FMI dans ses prévisions jouait à la hausse, 0,9 à 1,0 % suivant les pronostiqueurs, pour l’année 2014. La Banque de France, dans sa note de conjoncture, prévoyait encore 0,2 % pour le premier trimestre 2014. Et patatras, les chiffres sont tombés, c’est 0,00 % ( zéro) !

dessin-moscovici-croissance-chimulus

ça marche aussi en 2014

Le titre de l’indicateur de conjoncture de l’INSEE est vraiment trompeur : –  » Stabilité du PIB au 1er trimestre 2014  » – . Stabilité donc ! Mais si on regarde les chiffres de plus près, on soupire.

Au premier trimestre 2014*, le PIB en volume** est stable (+0,0 %), après une progression de 0,2 % au quatrième trimestre 2013.

Sur les trois premiers mois de 2014, les dépenses de consommation des ménages reculent (–0,5 % après +0,2 %) et la formation brute de capital fixe (FBCF) totale accentue son repli (–0,9 % après –0,1 %). Au total, la demande intérieure finale (hors stocks) baisse : elle contribue à l’évolution du PIB pour –0,4 point (après +0,2 point fin 2013).

Les importations accélèrent (+1,0 % après +0,5 %), tandis que les exportations ralentissent (+0,3 % après +1,6 %). En conséquence, le solde extérieur contribue négativement à l’évolution du PIB (–0,2 point, après +0,3 point le trimestre précédent). À l’inverse, la contribution des variations de stocks à l’évolution de l’activité est positive : +0,6 point (après –0,3 point fin 2013). [ source INSEE ]

Jean, notre amateur de PMU, a marmonné, – «  ils sont encore plus nuls que les pronostiqueurs de Paris Turf, ton OFCE, ton FMI  et ta Banque de France…  » –  et franchement on ne peut pas lui donner tort. Même l’Insee joue sur les mots, – » Le PIB est stable »- oui mais à  0,00 % !! Pour le reste ça à l’air stable dans la tendance, comme diraient en novlangue nos politiques. (écouter ce documentaire qui propose de les désintoxiquer de la langue de bois ). Les dépenses des ménages sont stables à la baisse avec un recul de 0,5 %. A la baisse aussi le FBCF (? ), en gros l’investissement si on a bien compris, également stable à la baisse de 0,9 % …

austérité_2

Pour résoudre le fameux problème des dettes et des déficits, les politiques ont mis en place LA méthode, rigueur et austérité. On voit que sans croissance cette solution met, après quelques années, les pays où elle est appliquée dans des états proches de celui de la Grèce. La Grèce a été le laboratoire où a été testée cette solution que l’on présente comme seule alternative. Résultat des courses ? Les revenus des salariés ont pratiquement été diminués de moitié, les services publics  (Santé, Éducation,  infrastructures, environnement) n’ont plus de moyens, le chômage a explosé comme la pauvreté. Le déficit structurel a effectivement été comblé mais la dette a augmenté à près de 175 % du PIB quand le but principal était de la réduire !

Donc, raisonnement de logique primaire, s’il n’y a pas de croissance on peut dire que cette solution ne fonctionne pas et elle ne fonctionne pas parce qu’on ne peut pas espérer accélérer en appuyant sur le frein. Et s’il n’y avait plus jamais de croissance, ou une croissance trop faible, qui aurait comme seul résultat de sauver la finance et de ruiner les États, donc nous les peuples, y a t-il un plan B ?

Comment peut-on espérer une sortie de cette crise économique si tous les grands spécialistes, les experts,  ne savent plus calculer et prévoir sauf au doigt mouillé ? Ce n’est pas nous, Au Coin du Comptoir, qui pouvons aider ! La seule chose que l’on sait, c’est que quand une solution ne fonctionne pas il faut en essayer une autre et que comme disaient les Shadoks qui s’y connaissaient en calcul, si un problème n’a pas de solution c’est qu’il n’y a pas de problème…

grece-crise-union-europeenne_article_large

Accoudés au coin du zinc, nous, nous avons eu vent de plans B . Les économistes atterrés, le Collectif Roosevelt, et d’autres encore, mais ils sembleraient qu’ils n’aient pas l’oreille de notre gouvernement, de la Commission  Européenne, de la BCE ni du FMI.

Tiens, on vient juste d’apprendre qu’ils ont modifié le calcul du PIB et que ça chamboule tous les indices. Comment voulez vous qu’on calcule … ?

 

À propos de poltechno

Avec l'âge on radote et on parle tout seul... Comme il n'y a plus de bistrot dans mon quartier je me suis créé un bout de comptoir virtuel sur le Net histoire de refaire le monde...

Publié le 16/05/2014, dans économie, politique, et tagué , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. A reblogué ceci sur Au commencement était le Verbeet a ajouté:
    Quand Autisme et Austérité se rejoignent, ça ressemble à Autoritarisme. Y a pas débat parce qu’il n’y a rien à discuter.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :