Où Tina, la nouvelle maitresse du Président, s’exhibe au Parlement…


Après l’affaire Gayet, les habitués du Coin du Comptoir, un peu surpris, avaient découvert Tina la nouvelle maitresse du Président. Un peu étonnés, car le « people » n’est pas trop le genre de la maison, ils avaient été rassurés par le second billet qui expliquait qui était Tina, le fameux acronyme de « There Is No Alternative  » – (TINA) – , que nous avions vu apparaitre dans le cadre d’un rapport sur les résultats de la politique de la Troïka dans les pays en crise de la zone Euro.

alternative 5 (2) [800x600]

Cette affaire  de rigueur ou d’austérité économique comme seule alternative à nos problèmes, ainsi que le discours récurant sur la compétitivité,  nous obsèdent depuis un bon bout de temps dans nos discussions au coin du zinc. Il se trouve que, suite à la présentations de cette  » Tina » au parlement par le nouveau Premier Ministre, nous sommes tombés sur un article de François Morin, professeur émérite de l’université de Toulouse, ancien membre du conseil général de la Banque de France et du Conseil d’analyse économique que nous avions relayé sur la page Facebook du bistrot .

alternative 1 [800x600]Son titre «  l’impasse« , analysait de façon très complète, mai un peu obscure pour les nuls en économie comme nous, le dispositif retenu par le gouvernement pour le redressement des finances publiques et ce n’était pas très rassurant.

Les grands énervements et les grandes idées se donnent rendez-vous tous en même temps et pas qu’Au Coin du Comptoir. Tina a été présentée au parlement par le Premier Ministre la semaine dernière. Un article de Marianne sur Tina nettement plus compréhensible par le grand public que « l’Impasse » est paru la semaine dernière. Son sous-titre –  » Arrêtez de nous dire qu’il n’y a pas le choix  » – indique qu’il est bien dans le sujet qui nous fait flipper. La France est-elle condamnée à avaler la potion amère de l’austérité pour finalement, après avoir longtemps souffert, se retrouver dans le coma économique de la Grèce où le remède est appliqué depuis 2010 ?

alternative 5 [800x600]

Ce serait trop compliqué de vous faire une synthèse de ces articles et rapports mais on ne peut que vous inciter à les consulter, même en diagonale. On y apprend des choses étonnantes sur nos experts calculateurs de rigueur et promoteurs de l’unique alternative.

La règle des 3 % par exemple.

Cette règle, le niveau maximal de déficit public toléré, mille fois répétée, a été inventée en 1981 par le ministère français des Finances.  A cette époque, le déficit public était de 100 milliards de francs soit 2 % du PIB. Mitterrand ayant demandé à son administration un niveau de dépenses publiques lui permettant de financer ses réformes, la direction du budget à fixé la barre haute à 3 % un peu au doigt mouillé.

En 1992, les négociateurs du traité de Maastricht reprennent ce calcul, qui arrange à l’époque l’Allemagne, en y ajoutant un niveau maximal de la dette de 60 % du PIB souhaité par Paris. Les experts avaient alors expliqué qu’avec une croissance de 3 % et un déficit inférieur à 3 % la dette était tout à fait soutenable. Pas de bol, la croissance moyenne de la zone Euro ne sera que de 1 % par la suite, cherchez l’experte boulette !

alternative 2 [800x600]Les calculs du FMI

En 2010, deux universitaires américains publiaient une étude qui démontrait que tout pays ayant une dette qui dépassait 90 % du PIB était condamné à la récession avec une croissance négative de 0,1 %. Cette règle, reprise par tous les experts orthodoxes, a servi à l’élaboration des politiques sensées sortir les pays de leur crise de la dette souveraine.

En 2012 deux étudiants curieux refirent les calculs et ils découvrirent que les données étaient en partie bidonnées. Depuis le FMI s’est aperçu, un peu tard pour rectifier les politiques lancées par la troïka européenne, qu’une dette de 120 % du PIB est soutenable.

Le FMI n’était pas à une boulette près. La rigueur, la rigueur et encore la rigueur était le maitre mot du Fond Monétaire International, et c’était basé sur des formules gravées dans le marbre devant lesquelles tous les experts économiques médiatiques se prosternaient avec respect. Les gars du Comptoir étaient désespérés pour les économistes qui pensaient de travers, comme disaient les libéraux, et nous en avions parlé autour d’un apéro à l’époque.

Le calcul était que pour 1 € d’économie réalisée cela n’entrainait  que  1/2 euro de baisse de la richesse du pays. Donc,  serrez le budget, virez les fonctionnaires, diminuez les prestations sociales, toutes ces dépenses inutiles et ça n’aura qu’un impact minime. Patatras ! Olivier Blanchard, chef économiste du FMI, refait les calculs gravés dans le marbre et est obligé d’avouer que les économistes atterrés et autres Collectif Roosevelt étaient dans le vrai : 1 euro d’austérité c’est jusqu’à 3 euros de baisse de la richesse du pays !!

alternative 3 [800x600]

Et aujourd’hui nos politiques, toujours conseillés par les même rois du boulier, continuent sur la même ligne en sachant que l’impasse est au bout, comme dit François Morin dans son article, tableaux à l’appui…

Même de grandes instances financières font leur mea culpa. Un document intitulé « La création de l’argent dans l’économie moderne », co-écrit par trois économistes de la Direction de l’Analyse Monétaire de la banque avoue  que les hypothèses les plus courantes sur le fonctionnement du système bancaire sont tout simplement fausses, et que les positions plus populistes, plus hétérodoxes qui sont généralement associées à des groupes comme Occupy Wall Street, Économistes Atterrés, Collectif Roosevelt, sont correctes. Ce faisant, ils ont jeté aux orties les bases théoriques de l’austérité que défendent nos grands experts, conseillers de nos politiques.

alternative 7 [800x600]

Alors du coup, on se demande… On se demande si nos experts économiques partisans de la politique de rigueur vivent sur la même planète que nous, sur le même continent que nous, dans le même pays que nous, regardent les mêmes chiffres que nous, observent les mêmes ravages sociaux et politiques que nous. On se demande ??

Liens pour se faire une idée plus complète :

 

 

 

 

 

 

À propos de poltechno

Avec l'âge on radote et on parle tout seul... Comme il n'y a plus de bistrot dans mon quartier je me suis créé un bout de comptoir virtuel sur le Net histoire de refaire le monde...

Publié le 05/05/2014, dans économie, politique, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :