Le FMI d’accord avec les économistes Du Coin du Comptoir…


On vous le disait déjà depuis un petit bout de temps, la rigueur en temps de crise(1)  est une sottise économique !

Il est vrai que ça n’était pas une intuition d’après apéro, nous avions écouté tout un tas d’économistes qui étaient atterrés depuis 2008 par la tournure que prenaient les évènements et la façon dont l’ancien gouvernement,  suivant en cela  la politique économique néolibérale européenne, proclamait avec force que la rigueur et l’austérité était la seule solution pour sauver l’économie du continent.

Atterrés, ils l’étaient encore quand le nouveau gouvernement s’est mis à adhérer au dogme sacré du serrage de ceinture. dette gbLes peuples ont vécu au dessus de leurs moyens, maintenant il faut rembourser disaient à l’unisson le FMI, la Banque et la Commission Européenne. La redistribution, la protection sociale, la culture, tout çà c’est trop cher, rabâchaient les économistes à longueur d’émissions d’experts. Les Britanniques, qui ne sont même pas vraiment en Europe grâce à madame Thatcher et qui ne sont pas dans une conjoncture économique aussi florissante que les financiers de la City, ont même trouvé un acronyme pas très sympa pour les pays fainéants, les PIGS [ Portugal, Irlande, Grèce, Spain ] qui qualifie quand même  de « porcs »  en anglais les pays en difficultés.

dette grèce

Les Grecs ont été les premiers à subir les saignées des médecins de la dette, suivis par les Portugais et les Espagnols. Nous avons suivi  de près Au Coin du Comptoir les progrès de la médication miracle qui allait remettre sur pied les pays  malades. Sans être le prix Nobel d’économie , la conclusion était sans appel : « La rigueur non seulement ça ne marche pas mais ça aggrave la crise »

Et puis en janvier 2013 le FMI avoue une erreur de calcul du « multiplicateur budgétaire » ! Le multiplicateur budgétaire c’est la méthode de calcul qui permet de savoir, lorsqu’on dépense ou lorsqu’on économise sur le budget de l’état, l’impact sur l’économie nationale. La formule du FMI était que lorsque l’État réduit de 1 euro sa dépense publique, le revenu national ne diminue que de 0,50 euro. Olivier Blanchard et Daniel Leigh, économistes au FMI, considérant qu’ils avaient retenu jusqu’ici un multiplicateur égal à 0,5, suggèrent, au vu des statistiques effectives de la croissance, que ce multiplicateur était sous-estimé et probablement supérieur à 1 !!

Et les deux économistes de citer les travaux de leurs collègues Alan Auerbach et Yuriy Gorodnichenko (2012), tous deux de l’université californienne de Berkeley, effectués sur des données américaines, qui situent ce multiplicateur entre zéro en temps « normal » et environ… 2,5 en période de récession. En gros il admettent qu’en période de récession si l’État réduit ses dépenses, à la place de redresser sa situation il l’aggrave au contraire. Imaginez la tête des Grec ou des Portugais en apprenant que depuis près de 5 ans, plus ils se serrent la ceinture pire devient la situation économique de leur pays…

En août, nouvel ajustement du FMI, ceux qui exigeaient de réduire de façon drastique les dépenses des états, en particulier les dépenses de protection sociale, recommandent maintenant de ralentir le rythme des efforts structurels pour soutenir la reprise économique. Il était temps, 5 ans pour se rendre compte que la médication appliquée aux états en difficulté aggrave la maladie.

troika euro

Les experts et les commentateurs de tendance néolibérale eux n’ont encore rien vu et rien entendu, à croire qu’ils ne savent plus lire ni compter. Il faut dire que le dégraissage de la fonction publique, les baisses de salaires, les aides aux entreprises ( surtout à celles qui n’en ont pas besoin), le chômage qui permet ou justifie tout ce qui précède, n’est pas pour leur déplaire. Les profits ne se font plus dans l’économie réelle, c’est la finance et la spéculation hors sol qui rend le mieux et la dette des états leur a servi de prétexte pour échanger leurs actifs pourris contre de la dette souveraine financée à bas coûts par les banques centrales.

Politiquement les dégâts ne sont pas négligeables. Les gouvernements qui appliquent la rigueur préconisée par la théorie libérale avant révision sont évidemment impopulaires. Les thèses nationalistes pour un repli sur soi comme unique solution, diffusent largement. Teintées de socialisme populiste à base de xénophobie (tout pour les vrais nationaux et chasse aux boucs émissaires cause de tous les maux), de propagande insistant sur les sentiments les plus bas pour diviser leur pays, ils ont une influence de plus en plus grande sur une classe moyenne apeurée. L’association de ce nationalisme et de ce socialisme détourné n’est pas sans rappeler une période qu’on aimerait bien révolue.

crise 1929 hitler

Gageons qu’à la rentrée il vont demander d’augmenter les dépenses, faute de quoi nous courons tous à la ruine, sauf les financiers qui ont créé cette crise et qui se fichent pas mal si les retraites, les salaires, les dépenses de santé et de solidarité, les indemnités de chômages diminuent en dessous d’un seuil supportable pour les citoyens, bien au contraire. Est ce que les dirigeants vont retrouver la vue et l’ouïe ??

(1) voir l’éditorial d’ Yves Threard du 10 août ci dessous pour se faire une idée des idées conservatrices rémanentes.

editorial figaro 10-8

À propos de poltechno

Avec l'âge on radote et on parle tout seul... Comme il n'y a plus de bistrot dans mon quartier je me suis créé un bout de comptoir virtuel sur le Net histoire de refaire le monde...

Publié le 12/08/2013, dans économie, politique. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :