Une larme de Sang…


Pendant que ceux qui ne sont pas d’accord avec une loi déjà votée par un parlement républicain et décrétée par l’exécutif défilent on ne sait plus trop pourquoi. Pendant de d’autres rêvent à un mai 68 bon chic, bon genre, une révolution en carré Hermès, qui obligerait le locataire de l’ Élysée à s’enfuir vers Varennes en DS 19 , laissant le palais de la République à l’ambition de candidats pressés au point de n’avoir comme programme que la prise du pouvoir. Pendant que l’extrême droite des idées nauséabondes recommence la recherche de boucs émissaires toujours circoncis,  mais cette fois ci bronzés et troisièmes lecteurs du Livre. Pendant que l’Europe constate que les sociétés et les particuliers les plus riches la privent de 1000 000 000 000 € (mille milliards d’euros, pour ceux qui sont fâchés avec les zéros) et reste les bras ballants. Nous, Au Coin du Comptoir, on est resté planté à il y a un mois.

Mais si !! Souvenez vous…

Il y a un mois, 1 127 ouvriers (res)  grassement payés 30 € par mois pour 6 jours de travail par semaine et dix heures par jour, mouraient sous les décombres de leur atelier à Dacca, au Bangladesh. Même si les médias ont traité le sujet pendant quatre ou cinq jours, le temps que les survivants ensevelis soient morts, nous, nous avons trouvé que le fait divers était bien vite oublié et rangé dans le casier Catastrophe/Drame du rayon informations.

Une photo de la photographe bangladaise Taslima Akhter est restée dans la tête de tous les habitués du zinc et y restera longtemps. C’est la photo de deux salariés anonymes, enlacés dans la mort, lui avec une dernière larme de sang au coin de l’oeil.

April 25, 2013. Two victims amid the rubble of a garment factory building collapse in Savar, near Dhaka, Bangladesh. (© Taslima Akhter

[ pour voir l’original dans un plus grand format sur le Web cliquez ICI ]

On ne la publie pas pour faire du voyeurisme, du sensationnel, simplement pour montrer la réalité de ce commerce mondial qui nous explique et nous culpabilise en expliquant que c’est le prix à payer pour que nous puissions nous acheter des fringues moins cher…

Heureusement, un honnête chef d’entreprise, lors d’un débat dans les jours qui suivaient cette catastrophe,  nous a expliqué que ces vêtements fabriqués en France couteraient à peu près le même prix mais que par contre les marges de l’industrie et de la finance seraient nettement moins élevées.

Alors on s’est dit que nous n’allions pas culpabiliser mais que nous n’allons pas oublier non plus. Que nous allions continuer, à la mesure de nos moyens, à dénoncer ce système économique qui, après avoir tant spéculé, a fini par mettre la planète à l’envers en 2008 et qui nous explique aujourd’hui que c’est parce que nous avons trop bien vécu ces trente dernières années que nous devons solder le crack, la dette et ses intérêts.

A les croire, les 19 000 000 de chômeurs fainéants européens et les dizaines de millions de profiteurs assistés et de pauvres d’Europe ont de la chance, ils sont vivants eux, ils peuvent acheter des vêtements pas cher !  Quand on regarde la photo de ce couple on se demande jusqu’où la cupidité les entrainera ?

À propos de poltechno

Avec l'âge on radote et on parle tout seul... Comme il n'y a plus de bistrot dans mon quartier je me suis créé un bout de comptoir virtuel sur le Net histoire de refaire le monde...

Publié le 26/05/2013, dans économie, politique, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :