Le jeu des devinettes… Marxiste ou Libéral ? (1)


Malgré le mariage pour tous, la guerre au Mali et toutes ces sortes de choses, Au Coin du Comptoir nous sommes tout de même préoccupés par la crise économique. Alors on lit et l’un des piliers de comptoir nous a assommés de citations.

La lecture de ces extraits nous a laissés un peu perplexes. On s’est dit qu’il s’était mis à lire le Capital mais certains passages n’étaient pas vraiment dans la ligne du philosophe. Comme il n’a pas voulu nous révéler ses sources nous nous sommes mi à jouer au jeu des devinettes. Autant vous en faire profiter.

Partout dans le monde, trois grandes idées s’expriment : les marchés ne fonctionnent pas comme ils sont censés le faire, puisqu’ils ne sont à l’évidence ni stables ni efficaces ; le système politique ne corrige pas les échecs du marché ; les systèmes économiques et politiques sont fondamentalement injustes […] 

[…] L’inégalité est la cause et la conséquence de la faillite du système et elle alimente dans notre système économique une instabilité qui l’aggrave à son tour.

Pour débuter, nous, nous trouvons ça plutôt bien. Ce n’est pas suffisant pour avoir déjà une idée précise mais cette introduction nous semble pas vraiment un éloge du néolibéralisme forcené.

- "Quoi de mieux que trop gros pour faire faillite ?" - "Trop gros pour aller en prison !! "

– « Quoi de mieux que trop gros pour faire faillite ? » – « Trop gros pour aller en prison !! « 

[…] Ce n’est pas la mondialisation qui est mauvaise ou perverse. Le problème est que les états la gèrent très mal, le plus souvent au profit d’intérêts particuliers. Interconnecter les peuples, les pays et les économies autour du globe peut être aussi efficace pour stimuler la prospérité que la cupidité ou la misère.  Ceci est tout aussi vrai de l’économie de marché, le pouvoir des marchés est énorme, ils ont joué un rôle crucial dans les stupéfiants progrès de productivité et de niveau de vie accomplis depuis deux cents ans, de loin supérieur à ceux des deux millénaires précédents. Mais ils ont montré  qu’ils savent également concentrer la richesse produite entre les mains d’une minorité, de se défausser des coûts environnementaux sur la société, d’exploiter les travailleurs et tromper les consommateurs.

Quoique… L’extrait ci-dessus n’est pas un brulot contre la mondialisation ou le marché. C’est troublant et il est difficile pour l’instant de classer l’auteur.  Pour nos économistes de comptoir c’est un peu trop critique pour être conservateur et trop tiède pour être vraiment progressiste. Il nous faut d’autres arguments pour classer l’auteur. Alors encore un extrait.

La faillite du système politique est aussi flagrante que celle du système économique. Compte tenu du niveau du chômage des jeunes dans le monde entier – 50,9 % En Espagne ; 57 % en Grèce ; 39, 1 % au Portugal ; 36,5 % en Italie ; 29,9 % en Irlande ; 25,5 % En France [dec. 2012 ] – le plus surprenant n’est pas que des manifestations aient éclaté, mais qu’elles aient mis si longtemps à le faire. Les chômeurs, dont une grande partie ont un parcours irréprochable, qui ont fait des études parfois très longues, qui ont « respecté les règles » comme disent certains élus, se retrouvent face à un choix brutal : rester au chômage ou accepter un emploi très inférieur à leurs qualifications. Souvent il n’ont même pas ce choix : il n’y a pas d’emploi depuis des années.

Voici l’une des interprétations possibles du long retard des manifestations. Au lendemain immédiat de la crise, on a mis ses espoirs dans la Démocratie, on a fait confiance au système politique : il allait fonctionner, faire rendre gorge aux fauteurs de crise, remettre en état au plus vite le système économique. Mais quelques années après l’éclatement de la bulle, on a fini par comprendre que notre système politique avait échoué, tout comme il n’avait pas su prévenir la crise, enrayer la montée de l’inégalité, protéger les plus faibles, empêcher les abus des entreprises. C’est alors que nous avons vu les manifestants, les indignés, les 99% descendre dans la rue.

democracia

Et que dire des mesures de rigueur prises par des gouvernements sous la pression des financiers et des experts, mesures qui n’ont fait qu’aggraver la crise. Allez, un dernier extrait pour cette fois et vous pourrez jouer en mettant le nom de cet auteur dans vos commentaires.

Les Européens et les peuples des autres démocraties du monde sont très fiers de leurs institutions démocratiques. Mais les indignés demandent : est ce une démocratie réelle ? Une démocratie réelle ne se résume pas au droit de voter tous les deux ou cinq ans. Il faut que les choix aient du sens ; que les élus écoutent les citoyens […]

Les élus font des discours sur ce qui arrive à nos valeurs, à notre société, après quoi ils nomment à de hautes fonctions les PDG et autres dirigeants, ceux là même qui tenaient la barre du secteur financier quand il a manqué à tous ses devoirs […]

L’échec politique et l’échec économique sont liés et se renforcent mutuellement. Un système politique qui amplifie la voix des plus fortunés offre d’amples possibilités de concevoir des lois, des règlementations et leur mise en œuvre, de telle façon qui ne protège pas les simples citoyens contre les agissements des riches, ou qui enrichit ces dernier encore davantage aux dépends du reste de la société.

taxe_pauvres

Je sais ce n’est pas facile et je suis à peu près sûr qu’à la fin de cette lecture vous êtes encore perplexes sur le nom de l’auteur. Je vous aide un peu : ce n’est ni Nicolas Sarkozy ni François Hollande !

Le prochain épisode vous aidera à mettre un nom d’auteur sur ces extraits. Bon courage et réfléchissez quand même au contenu de ces extraits qui ont bien plu aux piliers de comptoir.

À propos de poltechno

Avec l'âge on radote et on parle tout seul... Comme il n'y a plus de bistrot dans mon quartier je me suis créé un bout de comptoir virtuel sur le Net histoire de refaire le monde...

Publié le 13/02/2013, dans économie, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :