Crise : C’est pire ailleurs… Mais on va essayer de faire mieux !


Alors qu ‘au coin du comptoir j’étais plongé dans la nouvelle livraison d’ Alternatives Economiques , je captais un petit échange entre mes voisins de zinc.

 » … d’accord je suis con, mais lui c’est pire !  »

   A ce moment, après avoir lu l’éditorial de Thierry Pech, je lisais en diagonale les articles de la rubrique « Evènement » de ce numéro de décembre. Cela faisait des mois que j’entendais ce genre de réflexion de la part de nos dirigeants, des experts et autres « expliqueurs » de crise dans tous les médias. En gros, nous (la France) nous étions moins pire…

Les Grecs avaient viré  Georges Papandréou, les Italiens  Silvio Berlusconi, Les Espagnols José Luis Zapatéro et nous, nous allions copier les Allemands pour être « moins pire ». Notre grand timonier avait trouvé la parade, nous allions nous serrer la ceinture avant qu’on nous y oblige. Cigales, nous venions d’augmenter la fameuse dette de 500 milliards en 5 ans mais là, promis juré, fini de faire les Grecs ou les Italiens, nous allions faire les fourmis.

Cela faisait déjà un bout de temps qu’on avait l’impression de faire la fourmi, je parle des gens de tous les jours, ceux qui regardaient en 2010 avec les yeux du Loto les augmentations de revenus des patrons du CAC 40 et des banquiers. Puis je me suis replongé dans la lecture de mon magazine pour m’apercevoir que finalement les Européens s’étaient serré la ceinture au dernier cran, qu’il n’y avait plus de trou et que cela ne servait à rien, même pas à être « moins pire » …

On était puni parce que nous avions été des cigales, mais c’était quoi, ces cigales ? D’autant que je me souvienne quand j’étais un jeune cigalon  on avait eu le rock’n roll, les Beatles et Dylan pour danser tout l’été. On avait des 2 CV pour aller au bout du monde, l’état faisait des autoroutes, le Concorde, le TGV. Il y avait plein de fonctionnaires à la SNCF, aux PTT,  à EDF/GDF, à l’ORTF. Le chômage se trainait à des 2 ou 3 % et les fonctionnaires les plus peinards bossaient à l’ANPE.  L’Éducation Nationale avait été toute bouleversifiée en 68 et depuis les filles en mini-jupes pouvaient fumer une clope avec des mecs à cheveux longs dans la cour du marronnier du Lycée. Le boulanger, le boucher, l’épicier, le banquier, le tabac, le bistrot habitaient la même rue… C’était donc ça faire la cigale !

Aujourd’hui on est des fourmis en Europe et faire la fourmi c’est sérieux, il faut faire des économies partout. Les salaires, les fonctionnaires, la Sécurité Sociale, l’Éducation Nationale, la retraite… On ne peut même pas dire qu’on va vendre les bijoux de famille histoire de satisfaire nos créanciers, on a déjà tout bradé, les autoroutes, l’électricité, le gaz, la poste, les chemins de fer, tout est plus ou moins privatisé. Et ce serait nous, les anciennes cigales, qui serions coupables !!

Le bilan de tout ce bazar ? L’ Irlande a perdu 1 emploi sur 7 depuis 2008, L’ Espagne 1 sur 10 et la Grèce 1 sur 12. On compte 15,8 millions de sans emploi dans la zone euro,  4 millions des plus de 50 ans (à qui on a allongé l’âge de la retraite) sont  au chômage dans l’Union et pour les moins de 25 ans c’est pas mieux, ils sont 5,1 millions, et tout ça pour rien puisque la crise est toujours là. Ça met quand même un peu les boules…

Si l’on veut devenir économes et compétitifs il ne reste plus qu’une solution, aligner les salaires sur la Roumanie ou au mieux sur l’Allemagne où 2,5 millions de personnes travaillent pour 5 euros de l’heure. Le système social sur celui de la Chine, certainement l’un des moins coûteux du monde. C’est ça que l’on nous dit quand on nous dit que c’est pire ailleurs et que nous devons faire des efforts. Même dans ce cas je ne suis pas sûr que ce soit la bonne méthode. Rien dans cette crise n’a à voir avec les cigales ou les fourmis que nous serions ou aurions été. C’est juste une méthode pour faire passer la pilule.

Ce pataquès financier ne peut être réglé que par les financiers car aucun pays ne va pouvoir rembourser sa dette. La preuve ? Aujourd’hui les grandes banques fédérales mondiales se sont mises d’accord pour  soulager le système financier. Non… pas les chômeurs, les restos du cœur, les sans abris… Le système financier !

Face à la crise, les banques centrales interviennent, les Bourses s’envolent

Nouvel Obs.

Désolé, moi je veux redevenir cigale, je ne veux pas copier les pires…

À propos de poltechno

Avec l'âge on radote et on parle tout seul... Comme il n'y a plus de bistrot dans mon quartier je me suis créé un bout de comptoir virtuel sur le Net histoire de refaire le monde...

Publié le 30/11/2011, dans économie, politique, Société. Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. Excellent, pédagogique et bien écrit, ça ne va pas forcément de pair, « soulager » le système financier. Des fois ça veut dire en argot, lui prendre un peu de monnaie, le voler quoi. Moi je veux bien le soulager, s’il en a besoin…. Vive les cigales!!!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :